You are currently viewing Assurance habitation et colocation étudiant : comment et laquelle choisir ?

Assurance habitation et colocation étudiant : comment et laquelle choisir ?

La colocation présente de nombreux avantages surtout pour les étudiants. La présence d’un colocataire offre plus de convivialité, de confort et réduit considérablement le coût du loyer. Même si l’option d’un logement partagé semble aussi avantageuse, il faut tout de même avoir de bonnes garanties, d’où l’existence de l’assurance habitation en colocation. Mais, comment et quelle assurance choisir pour une colocation entre étudiants ? Vous verrez dans cet article les détails concernant ce type d’assurance pour un logement collectif afin de choisir celle qui sera le mieux adaptée à votre situation.

Que choisir, un bail collectif ou individuel ?

Pour choisir une assurance habitation dans le cas d’une colocation, il faut tout d’abord choisir le contrat. Car vous pouvez choisir entre un bail collectif ou un bail individuel pour une assurance habitation dans le cas de colocataire. Alors, comment choisir et lequel de ces contrats offre la meilleure option ?

Contrat de Bail individuel

Pour chaque colocataire, souscrire ce type de contrat de bail revient à opter pour une assurance individuelle même si l’on est dans le même logement. Les colocataires prennent séparément une responsabilité individuelle. De ce fait, ils pourront choisir le contrat d’assurance habitation qui leur convient et aussi les garanties qui vont avec. De plus, chaque étudiant en colocation peut se tourner vers la compagnie d’assurance de son choix.

LIRE AUSSI  6 raisons pour lesquelles vous avez besoin d'une assurance voyage internationale

Contrat de bail collectif

Dans le cas où tous les étudiants s’engageraient dans un seul contrat, alors l’assurance habitation, avec toute garantie incluse, couvre l’ensemble de la colocation. C’est la souscription la plus récurrente en assurance habitation dans le cas d’étudiants partageant un même logement. En effet, elle garantit au propriétaire que tous les colocataires sont assurés et offre plus de simplicité dans les modalités. Toutefois, il faut que le nom de chaque étudiant figure sur le contrat afin de profiter des garanties convenues.

L’assurance habitation pour chaque colocataire, est-il obligatoire ?

Aux yeux de la loi, au minimum un des étudiants en colocation doit avoir une assurance habitation dans le but d’assurer les risques locatifs. Effectivement, celui-ci couvrira le logement en cas de sinistre. Mais, souscrire un seul étudiant n’est pas toujours avantageux, car, en cas de dégâts des eaux, incendie ou autres, les autres étudiants auront tous une responsabilité à prendre. D’un autre côté, si les étudiants ne sont pas assurés, la facture liée aux dommages peut rapidement s’élever à un prix exorbitant.

De ce fait, souscrire un seul des colocataires n’assure aucunement la totalité de la location. La souscription pour un contrat de bail pour chaque colocataire ou un contrat de bail couvrant l’entièreté des étudiants reste la meilleure option.

Jeune fille colocataire regardant une tablette sur un canapé

Que garantit une assurance habitation dans le cas d’une colocation ?

Se contenter d’une garantie couvrant les risques locatifs est insuffisant dans le contrat d’une assurance habitation pour étudiants en colocation. Elle n’assure qu’en cas de dommages concernant le logement et excluant les autres garanties qui peuvent favoriser une meilleure protection.

LIRE AUSSI  Qu'est-ce qu'une assurance temporaire utilitaire ?

Une formule d’assurance habitation tenant compte de la responsabilité civile et de la vie privée des colocataires est donc conseillée. Si vous causez des blessures involontaires à un tiers ou des dommages à un de ces biens, vous serez couvert par votre assurance habitation grâce aux formules d’assurance à responsabilité civile. Afin d’éviter une indemnisation à prix trop onéreux, souscrire une garantie pour la responsabilité civile est une excellente solution.

D’ailleurs, en cas de sinistre ou de vol, les biens des étudiants en colocation ne seront pas couverts avec une assurance habitation ne couvrant que les risques locatifs. Cependant, il existe une assurance habitation multirisque regroupant une garantie en cas de dommages et de biens.

En cours de contrat, que faire si un étudiant décide de partir ou vient d’arriver dans le logement ?

Si le contrat de bail de l’assurance habitation est à titre collectif, il faudra mettre à jour la liste figurant dans le contrat. L’assureur ne garantit que les étudiants inscrits dans la liste. Ainsi, il faudra l’informer de tout changement, que ce soit l’arrivée d’un nouveau colocataire, le départ d’un autre ou après avoir cédé la place à un étudiant en colocation afin de bénéficier des garanties.

LIRE AUSSI  Comment économiser de l'argent sur votre assurance automobile : astuces pour trouver une assurance auto pas cher

Combien coûte en moyenne une assurance habitation en colocation ?

Le prix d’une assurance habitation varie en fonction de nombreux critères, dont :

  • le nombre de pièces ;
  • la surface ;
  • le nombre d’occupants et bien d’autres.

Ces points sont essentiels pour qu’une colocation soit assurée avec une totale protection.

En moyenne, en France, les devis en ligne proposent des tarifs mensuels allant de 11 euros à 14 euros pour une assurance habitation en colocation. Par contre, les étudiants peuvent bénéficier d’avantages financiers auprès de leur assureur. Alors, avant de souscrire à un contrat d’habitation en colocation, il ne faut pas hésiter à se renseigner. Le prix du loyer sera aussi considéré par l’assureur afin d’évaluer avec l’indice IRL selon la loi Alur de 2014. Depuis cette date, la loi réglemente cette mesure.

Partager une maison entre étudiants durant un cursus universitaire ou des stages reste un bon moyen pour faire un peu d’économie. Afin de garantir plus de couverture entre jeunes étudiants dans le logement partagé, opter pour une assurance habitation reste utile pour la protection de tous les colocataires. Aucun des colocataires ne peut prévoir des dommages comme un incendie ou des blessures involontaires à des tiers.